adler1210_1

Comment j'en suis arrivé à lire ce livre, c'est un mysère. Encore une de ces fois où j'ai craqué pour une couverture et pour un résumé en 4e de couv'. Je suis une proie facile pour les maisons d'édition, je l'avoue franchement. Mais par ce système, rarement je suis déçu. Souvent la couverture est le reflet du texte, et là j'avoue que je ne l'ai pas été. Tout y est pour me plaire : une jeunesse insouciante, normal c'est la fin des années 1960, un peu de sexe, un peu d'humour, beaucoup d'ironie et de musique, énormément de joie de vivre. En fait, une passion dévorante pour la vie et tout ce qu'elle réprésente. Et réjoutez là-dessus une pincée de frivolité, vous obtenez "1969" de Ryû Murakami.

On y suit l'histoire d'un jeune adolescent qui ferait tout pour qu'on le reconnaisse dans sa petite ville japonaise paumée, coincée entre la mer et cette immense caserne américaine d'où des soldats n'arrêtent pas de partir pour le front. Il ferait tout, même les pires conneries pour épater la plus mignonne du collège, celle aux yeux de biche, l'insaisissable et la magnifique.

Ce jeune trublion, c'est l'auteur lui-même : il nous décrit ici son adolescence avec une force, une vie extraordinaire. Les passages s'enchaînent bien et l'on sourit souvent à l'évocation de ses souvenirs. Comment ne pas sourire, quand pour épater la galerie, il entraîne ses copains à barricader l'école, à y peindre des insanités, juste pour faire enrager les profs... et exister aux yeux de la belle. Et que dire quand il prend les autres pour des demeurés en sortant des titres de films qu'il n'a jamais vu, de livres jamais lus, de disques jamais écoutés... L'auteur se surprendrait presque en se rendant compte qu'il était un affreux morveux, pédant, bouffi d'orgueil, mais le temps passe vite. Nous ne sommes qu'ephémères...

"Je n'ai pas renoncé au rêve d'une fête qui n'aurait pas de fin" nous dit-il. Comment ne pas être d'accord. Tellement d'accord que j'ai acheté deux de ses livres dans la foulée. Quand on aime, on ne compte pas !

Et profitons de la vie, elle passe si vite, croquons la à pleine dent, carpe diem, à dieu va !

2877307093.08.lzzzzzzz