Je me permets ici de faire une énième réflexion sur l'ouvrage de Dan Brown "Da Vinci Code". Pourquoi me demanderez-vous ?

D'une part, parce que c'est mon blog et que je peux me permettre d'y écrire ce que je veux. D'autre part, parce que les inepties, le tissu de mensonge, les manipulations, le symbolisme grossier utilisé par ce dernier sont pris pour argent comptant par la plupart des lecteurs, et ce quelque soit leur nationalité. C'est pour quoi, ici, je souhaite faire un peu de lumière sur ce roman policier, et je tiens à insister sur ce fait : ce n'est qu'un roman policier, rien d'autre qu'un roman policier.

Partons des bases : qu'est-ce qu'un roman policier ? Une définition fournie par wikipedia.org : "On dit couramment qu'un roman est une fiction en prose d'une certaine étendue. Il peut être d'action ou d'aventures, policier ou à l'eau de rose, il peut présenter une valeur psychologique ou d'étude sociale. Le roman policier est une forme de roman dont la trame est constituée par une enquête policière ou une enquête de détective privé."
Donc, vous avez bien lu la définition, vous pouvez donc en conclure que le "Da Vinci Code" est une fiction : vous n'iriez pas croire tout ce qui est raconté dans un film, alors pourquoi tout prendre au pied de la lettre pour ce roman ?

Passons maintenant aux mensonges du "Da Vinci Code", car celui-ci en regorge. Dès le début, on vous annonce que tout ce qui suit est vrai, et c'est là certainement le premier mensonge de Dan Brown : le lecteur se croit ainsi dans le fait réel et non la fiction. Il annonce dans cette préface que le Prieuré de Sion est une très ancienne société secrète à laquelle de grands noms ont adhéré. Evidement c'est faux, puisque le Prieuré de Sion est le fait d'un seul homme, Pierre Plantard, qui a créé cette pseudo-société secrète dans les années 1950. Comment croire alors que Da Vinci, Nicolas Flamel, Isaac Newton, Boticelli, Victor Hugo, Claude Debussy... ont pu y participer ?

Une somme d'autres détails anodins semblent faire croire au lecteur qu'un magnifique complot se trame depuis des siècles, que l'église catholique (qui n'est pas à un secret près, il est vrai), ledit Prieuré, l'Opus Dei cachent des choses aux simples mortels que nous sommes. Mitterrand a t-il fait construire une pyramide de 666 pièces ? Absolument faux ! Cela me navre donc de savoir que des centaines (des milliers) de touristes viennent spécialement à Paris vérifier cela et compter un par un les losanges de verre de la pyramide du Louvre. Pour la petite anecdote, il n'y en a que 603... Cela vous évitera de les compter.



Parlons maintenant de Saint Sulpice et des fameux symboles liés au Prieuré de Sion : évidement tout ça est faux puisque comme je vous le dis plus haut, le Prieuré de Sion a été créé par Pierre Plantard, personnage au passé plus que trouble. Un des prêtres de Saint Sulpice, amusé au début par les touristes qui l'assaillaient de questions a fini par poser une pancarte démontant la thèse de Dan Brown sur les symboles de cette église.

Une dernière chose maintenant : Léonardo da Vinci et sa fameuse peinture "la Cène". Qu'en est-il ? Est-ce vraiment Marie-Madeleine qui est à la droite de Jésus ? Serge Bramly, auteur de "Léonard de Vinci, biographie de référence sur la vie mouvementée de Léonard, affirme qu'il n'y a pas de doute à avoir à ce sujet puisque c'est Saint Jean qui est à la droite de Jésus. De Vinci peignait souvent les saints hommes avec des traits plutôt efféminés, mais cela n'a rien d'un complot ou d'une machination !



Bien évidement, je ne vais pas faire tout le tour des pieux mensonges de Dan Brown et des manipulations, parce que certains ouvrages le font bien mieux que moi ("Code Da Vinci : l'enquête" de Marie-France Etchegoin et Frédéric Lenoir, est le seul ouvrage valable), mais je tenais à ouvrir un peu les yeux de ceux qui passent faire un tour par ce blog. Surtout lorsque l'on apprend que 5.000 "Da Vinci Code" se vendent encore chaque jour en France ! De plus, je ne souhaite pas nier le caractère agréable du livre, qui se lit d'une traite, et ce grâce à le style bien ficelé de Dan Brown.