Je choisis un titre très d'actualité pour introduire l'ouvrage de Rita Monaldi et Francesco Sorti, "Imprimatur". Passionnant roman historique, les deux auteurs nous proposent de suivre les aventures d'un jeune aubergiste en 1683, époque très troublée en Europe par l'invasion des Turcs qui assaillent Vienne et toute la Chrétienté.

Un des clients de l'auberge du Damoiseau, Monsieur de Mourai, est retrouvé mort dans sa chambre. Quel mal a bien pu frapper cette modeste petite auberge romaine ? Celle-ci est alors mise en quarantaine car les stigmates de la peste sont tous présents. On apprend rapidement que le français Mourai est mort empoisonné, mais qui parmi les clients a bien pu agir de la sorte ? A l'aide d'un des pensionnaires, l'abbé Melani, le jeune aubergiste va donc mener une enquête qui le mènera dans les sous-terrains, les catacombes romains, les palais princiers, et va ainsi naviguer dans les secrets les mieux gardés du Vatican d'Innocent XI et de la cour de Louis XIV. Le jeune aubergiste ne se rend pas compte qu'il tient peut-être le futur de l'Europe entre ses mains...

Certes, le roman démarre assez lentement, mais l'intrigue est vraiment bien ficelée, et il est vraiment très difficile de fermer ce livre tant on veut connaître la suite des événements. Le côté historique de l'aventure est vraiment très prenant et presque instructif si l'on oublie que c'est un roman. Très riche, très documenté et précis dans ses descriptions, certains trouveront que le livre regorge de détails qui mettent dans l'ambiance, alors que d'autres penseront que ces descriptions ralentissent la tempo du livre.

En tout cas, il ne laisse pas indifférent : les auteurs, elle spécialiste de l'histoire des religions, lui de musique italienne du XVIIe, proposent donc de nous faire voyager dans les cours européennes et les complots des princes, alors que le sort de l'Europe se joue à Vienne. En effet, ce contexte historique fort bien décrit donne de la vraisemblance au roman. On y croirait presque si l'ouvrage n'était pas un roman. Les auteurs jettent encore plus le trouble en plaçant habilement plus de 30 pages de notes en fin d'ouvrage, offrant ainsi au lecteur le loisir de croire, ou non, à l'histoire qui vient de lui être livré.

Franchement intrigant et instructif, "Imprimatur" de Monaldi & Sorti est vraiment un ouvrage à lire, ne serait-ce que pour la richesse des descriptions et la qualité de l'écriture. Les complots et les histoires de coeur entre les différentes cours d'Europe ajoutent encore au charme de ce livre.