Une fois n'est pas coutume, je vous parlerai d'un roman ou plutôt d'une série de romans policiers sortie aux éditions 10/18, dans la série "Grands Détectives". Mais comme je ne fais pas tout à fait comme les autres, j'ai choisi une série de polars historiques ayant pour héros le frère Cadfael.

Mais tout d'abord, un mot sur l'auteur. Ellis Peters, de son vrai nom Edith Pargeter, est née en 1913 dans le comté de Shropshire, à la lisière du pays de Galles, région dont est d'ailleurs également natif le frère Cadfael. Elle prend part à la Seconde Guerre mondiale, en entrant au Women’s Royal Navy Service. Ses activités au département des communications lui valent la British Empire Medal, qu’elle reçoit des mains du roi George VI. Elle étudie par ailleurs la langue et la littérature tchèques dont elle traduira plusieurs œuvres majeures en anglais. Après la guerre, elle publie ses premiers livres, des romans historiques, sous son vrai nom. Sa trilogie – La Pierre de vie, Le Rameau vert et La Graine écarlate -, située au temps des bâtisseurs de cathédrales, rencontre un grand succès auprès de la critique et du public. Puis, en 1959, son roman policier mettant en scène l’inspecteur George Felse sera le premier d’une série de douze titres, qu’elle signe alors sous son pseudonyme. Mais c’est en 1977, avec Trafic de reliques, première chronique de la série médiévale « Frère Cadfael », qu’elle initie un nouveau genre dans lequel elle va passer maître. Cette série compte aujourd’hui vingt et un volumes. Décédée en octobre 1995, Ellis Peters a été élevée au rang de OBE (officier de l’ordre de l’Empire britannique), pour services éminents rendus à la littérature.

La série dont frère Cadfael est le héros se déroule dans l'Angleterre du XIIe siècle, en pleine guerre civile antre les partisans du Roi Etienne et de l'Impératrice Mathilde, dans l'abbaye de Shrewsburry. Frère Cadfael est l'herboriste de l'abbaye, ce qui lui permet, entre autre, d'aller et venir plus ou moins à sa guise dans et hors les murs de l'Abbaye des Saints Pierre et Paul. En outre, Frère Cadfael a la particularité d'être entré relativement tard dans les ordres, après une vie bien remplie. Il a notamment pris part à la dernière Croisade et à la prise de Jérusalem. Cette expérience de la vie séculière lui confère la sagesse dûe à l'expérience. Il est, parmi les membres de l'ordre des Bénédictins qui compose l'abbaye, celui qui, peut-être, comprend le mieux ses contemporains. La preuve en est l'amitié qui s'est immédiatement entre l'intelligent Shériff Hugh Beringar et lui. Frère Cadfael n'a rien d'un super héros et c'est ce qui fait tout son charme. Il ne doit la résolution des énigmes qui se présentent à lui qu'à sa connaissance approfondie du genre humain qui s'ajoute à un sens aiguisé de l'observation. En outre, Ellis Peters a réussi le tour de force de reproduire avec une exactitude incroyable l'atmosphère de l'Angleterre médiévale avec ses superstitions et  même sa situation géo-politique complexe des clans et des influences diverses.

Peu à peu, histoire après histoire, de "Trafic de Reliques" à "Un Bénédictain pas ordinaire", on apprend à connaître ce moine sur la vie duquel le voile du mystère se lève peu à peu...

A noter que la série a été reprise à la télévision avec Sir Derek Jacobi dans le rôle de Frère Cadfael.