Grand trouble parmi les clients d'une petite pension de la Riviera : la femme de l'un des pensionnaires, Mme Henriette, s'en est allé avec un jeune homme qu'elle ne connaît que depuis 24 heures. Ainsi sont les femmes, mais quelle peut bien être la réaction des vacanciers, et également du mari éconduit ? Le narrateur, seul défenseur de l'immoralité, trouvera une allié pour le moins étonnante : une vieille anglaise très touchée par les événements, qui relate alors sa propre histoire.



Stefan Zweig avec "Vingt-Quatre Heures dans la Vie d'une Femme" nous propose ici une histoire très intense avec des personnages très bien pensés et décrits d'une main de maître. Attention à ne pas vous faire aspirer par cette histoire passionnante, dans tous les sens du terme. Difficile de décrocher après les premières pages, chacun des mots nous transportent et nous ouvrent un monde passionnel.

Les travers des bons moeurs sont peints ici de manière remarquable et cette aventure au féminin se lit avec un réel plaisir, le plaisir de (re)découvrir la femme dans toute sa beauté.