Si vous n’avez jamais lu la série des Largo Winch, alors évidement c’est une grande lacune, mais d‘autre part ma petite critique du « Prix de l’Argent », tome 13 des aventures de notre beau gosse milliardaire, ne vous intéressera peut-être pas…

Vous ne connaissez pas du tout Largo Winch ? Voici donc son pedigree : yougoslave, orphelin dès son plus jeune âge, courant à l’aventure à travers le monde, il a été secrètement adopté par l’un des hommes les plus riches au monde afin qu’il devienne par la suite « l’Héritier » du plus grand conglomérat d’entreprises au monde.

Si vous voulez en savoir plus sur ce héros de bande dessinée pas comme les autres, il vous faudra lire les 12 premiers tomes de la série. Attention, petite précision pour les néophytes : les histoires sont racontés 2 tomes par 2 tomes, donc n’achetez pas « l’Héritier » sans acheter « Le Groupe W », « Voir Venise… » sans « Et mourir », etc… Sinon, c'est la frustration assurée !

Revenons donc à nos moutons, c’est-à-dire « Le Prix de l’Argent ». Ce dernier tome est particulièrement haletant, puisque évidement il allie de nouveau haute finance avec corruption, meurtre et sexe… Un cocktail détonant comme d’habitude ! Quel est donc le lien entre un suicide en direct à la télévision, la fermeture d’une usine au fin fond des Etats-Unis, le meurtre de la comptable de ladite usine, une police locale vraisemblablement corrompue... ?

Evidement, le tome 14 n’est pas encore paru donc personne ne connaît le dénouement de cette palpitante histoire ! Je suis donc, comme vous, dans l’expectative la plus totale quant à la suite des événements, mais je remercie Van Hamme et Franck pour cette fabuleuse série !